Créer par LeBlogger | Customized By: Ajouter ce gadget

vendredi 6 mai 2011

Recrutement de 225 médecins supplémentaires dans les régions prioritaires

Posted by hadadjus walid on 04:16 0 commentaires




« L'année 2011 verra le démarrage effectif du programme de mise à niveau du secteur de la santé publique ayant pour objectifs ; la promotion de la qualité des services, la réduction des disparités entre les régions et la modernisation de la gestion hospitalière », a déclaré Mme Habiba Ben Romdhane, ministre de la Santé publique lors d'un point de presse, tenu mercredi.

Et d'indiquer, par la même occasion, l'action se concentre, actuellement, sur la promotion des régions de l'intérieur qui accusent un manque flagrant de médecins spécialistes, ajoutant que le ministère procèdera à l'affectation d'équipes médicales et paramédicales multidisciplinaires dans ces régions, outre le renforcement des équipements hospitaliers.

Mme Ben Romdhane a, également, rappelé les avantages accordés aux médecins spécialistes pour les inciter à s'installer dans les régions de l'intérieur, indiquant que les hôpitaux régionaux seront parrainés par les hôpitaux universitaires à travers le recyclage de leurs compétences et leur implication dans la recherche.

S'agissant du volet de l'emploi dans le secteur de la santé, la ministre a déclaré que les recrutements se font en toute transparence et de façon équitable entre les régions. Il a été décidé, a-t-elle précisé, de recruter 225 médecins supplémentaires de la santé publique au titre de l'année 2011, pour être affectés dans les régions prioritaires.

Le premier trimestre de l'année en cours a enregistré, en outre, la création de 2855 postes directs au profit des cadres paramédicaux.

Evoquant la situation sanitaire sur la frontière avec la Libye, Mme Ben Romdhane a noté que le ministère a veillé dès le début de la crise libyenne à assurer la prise en charge médico-sanitaire des réfugiés, toutes nationalités confondues (près de 80 nationalités) et ce, en partenariat avec les ministères des affaires sociales, de la défense et de l'intérieur et les composantes de la société civile.

Depuis, les données ont changé. En effet, la présence croissante des réfugiés Libyens dans les camps pour une durée indéterminée nécessite le renforcement de l'effectif médical et paramédical dans les régions de Tatouine et Médenine, a-t-elle fait remarquer.

D'autre part, la crise en Libye a eu un impact négatif sur le secteur privé de la santé en Tunisie, a-t-elle expliqué évoquant les pertes accusées par les cliniques en termes de baisse du nombre des patients de l'ordre de 70 %, situation qui implique une révision de la stratégie dans ce secteur.

Source : TAP








0 Responses so far:

Leave a Reply