Créer par LeBlogger | Customized By: Ajouter ce gadget

vendredi 13 mai 2011

10000 emplois en vue (instituteurs, professeurs, surveillants) : doublement du personnel éducatif

Posted by hadadjus walid on 12:30 0 commentaires




Doublement du personnel éducatif (instituteurs, professeurs, surveillants...)
La mesure consistant à créer quelque 10.000 postes dans l’éducation ne manquerait pas de transformer totalement la donne si elle venait à se concrétiser. Dans le bon sens cela s’entend.
Un effectif aussi important n’a jamais été engagé d’un seul coup auparavant. L’objectif étant de donner une nouvelle impulsion  à ce secteur. Notons que près de la moitié seront des enseignants (instituteurs et professeurs) et que le reste sera réparti, selon les besoins, en employés, ouvriers, encadrement…
Sur ce point, justement, il convient de rappeler les appels incessants lancés depuis des années par les enseignants et les responsables des établissements scolaires pour renforcer les ressources humaines et combler des déficits flagrants. Lesquels déficits ont eu des impacts très négatifs dans la gestion du processus dans son ensemble. L’enseignement en tant que tel en a pâti beaucoup. Le manque de surveillants, par exemple, est incontestable. La moyenne n’est pas encore fixée en ce qui concerne le nombre de surveillants par rapport au nombre d’élèves. Actuellement ces agents sont débordés et dans tous les cas, ils n’arrivent pas à s’en sortir devant les flux croissants d’élèves qui sont sous leur responsabilité.

Recrutement de 1000 surveillants
Le recrutement prochain de 1.000 surveillants, contre 500 prévus auparavant, pourrait faire baisser un peu la pression sans toutefois résoudre les problèmes accumulés depuis des décennies. Leur rôle est, en effet, déterminant pour assurer une bonne marche de l’enseignement et de garantir les conditions nécessaires dans tous les établissements où ils travaillent. Longtemps cet aspect a été négligé, bien que les responsables sachent pertinemment que c’est l’un des piliers du système.
Les dépassements commis par certains élèves, les écarts et les phénomènes de violence étaient devenus monnaie courante dans les institutions éducatives. Les anciennes autorités reconnaissaient pudiquement une centaine de «cas isolés». Tout le monde sait qu’il y a eu des affaires devant la justice portées par des enseignants ou des agents agressés.
Ces incidents auraient été moins nombreux si le ministère avait répondu favorablement aux demandes pressantes de renforcement des effectifs.
Un autre aspect et non des moindres consistait à préconiser l’autodiscipline ! Certains responsables au ministère de l’Education en avaient fait leur cheval de bataille. Pourtant, la conjoncture était loin de se prêter à un tel luxe. Comment, en effet, instaurer une telle méthode alors que tous les signes montraient qu’il y avait un laxisme évident et un grave laisser-aller au niveau de la discipline ?

Un directeur et un assistant à la tête de chaque établissement
• Généralisation de l’expérience à partir de la saison 2012/2013

Un accord important a été signé le 19 avril dernier entre le ministère de l’Education et le syndicat général de l’enseignement de base. Il ouvre la voie, pour la première fois, à la création d’un poste de sous-directeur ou d’assistant de direction dans les écoles primaires.
Cette mesure entrera en vigueur dès l’année scolaire prochaine (2011/2012), notamment, dans les établissements comptant 15 classes et plus. L’opération se poursuivra progressivement au cours de l’année 2012/2013 afin de ne pas trop grever le budget du ministère et de préparer les meilleures conditions au démarrage de cette nouvelle fonction. Et la voie sera ouverte en principe à la généralisation de cette expérience.
Les personnes qui peuvent prétendre à ces postes seront recrutées parmi les instituteurs de la même institution ou parmi d’autres enseignants qui en feront la demande. C’est ainsi que pourront y accéder les maîtres d’enseignement général, les maîtres principaux, les maîtres d’application et les professeurs des écoles primaires.

La désignation à ce poste obéira à des critères bien déterminés concernant la note pédagogique, l’ancienneté, l’âge etc.

L’exercice de cette fonction est d’une durée de trois ans renouvelable une seule fois. On signalera, toutefois, que le bénéficiaire de ce statut continuera à enseigner normalement mais que sa carrière sera bonifiée d’un point sur chaque année passée à cette fonction de responsabilité.
Une issue est également offerte de reprendre à plein temps l’enseignement si l’enseignant concerné le désire.

Source : La presse / A.C








0 Responses so far:

Leave a Reply